Jeux

Les Jeux Méconnus Basés sur des Dessins Animés : Voyage Rétrogaming en Enfance

La plupart des gamers connaissent les adaptations vidéoludiques des dessins animés populaires comme Les Simpsons, Les Tortues Ninja ou La Bande à Picsou. Cependant, de nombreux dessins animés moins célèbres, mais tout aussi chéris, ont également eu droit à leur propre jeu vidéo. Ces titres, bien que moins connus, offrent une fenêtre fascinante sur l’intersection de la culture de l’animation et du jeu vidéo des années 80 et 90. Partons à la découverte de quelques-uns de ces joyaux méconnus.


Biker Mice from Mars (1994 – Super Nintendo)

Peut-être l’un des meilleurs jeux de course de la console, c’est dire !

Une épopée sur deux roues à travers la ville

Biker Mice from Mars, ou les Motards de l’Espace chez nous, est le nom de l’une des séries animées des années 90 que beaucoup ont oublié, mais qui reste gravée dans la mémoire de ceux qui l’ont suivie. En 1994, ces souris motardes venues de Mars ont fait le grand saut des dessins animés aux jeux vidéo avec leur titre sur Super Nintendo.

Course effrénée dans les rues de Chicago

Dans le jeu Biker Mice from Mars, les joueurs peuvent choisir entre les trois souris principales : Throttle, Modo et Vinnie. Chaque souris possède sa propre moto avec des caractéristiques uniques en termes de vitesse, de maniabilité et de puissance d’attaque.

Le jeu est principalement un jeu de course où les joueurs doivent naviguer à travers différents circuits situés dans la ville de Chicago, tout en affrontant divers adversaires, dont les infâmes membres du gang des rats, menés par Lawrence Limburger. Mais ce n’est pas seulement une simple course : les joueurs peuvent également utiliser des armes pour entraver leurs adversaires ou défendre leur position.

Des éléments de combat dans une course

L’un des aspects les plus mémorables du jeu est la possibilité d’utiliser des armes et des gadgets pendant les courses. Que ce soit pour lancer des grenades, déployer des pièges ou utiliser des turbo boosts, les joueurs doivent constamment jongler entre vitesse et stratégie pour s’assurer la première place sur la ligne d’arrivée.


Biker Mice from Mars pour Super Nintendo est un joyau du rétrogaming, combinant des éléments de course traditionnelle avec des aspects de combat et de stratégie. Bien qu’il n’ait pas été aussi populaire que d’autres jeux de sa génération, il a gagné une place dans le cœur de nombreux joueurs, non seulement pour son gameplay stimulant, mais aussi pour la nostalgie de la série animée sur laquelle il est basé.

Les Aventures de Buzz l’Éclair (1999 – PlayStation et Dreamcast)

Dans la peau du gardien spatial

À la fin des années 90, alors que la série Toy Story de Pixar dominait le monde de l’animation, un jeu est sorti, offrant aux fans l’opportunité de prendre le contrôle de leur gardien spatial préféré, Buzz l’Éclair. Bien que le titre principal Toy Story ait été acclamé tant par la critique que par le public, Les Aventures de Buzz l’Éclair a vécu dans son ombre, malgré ses qualités indéniables.

Un voyage à travers les galaxies

Le jeu permet aux joueurs d’explorer un univers imaginé comme si le propre univers fictif de Buzz, celui du dessin animé dans lequel il est la star, était devenu réalité. Cela donne lieu à des niveaux exubérants, peuplés d’ennemis variés, de pièges astucieux et de puzzles retors. Chaque niveau est une planète ou un lieu distinct, offrant ainsi une grande variété d’environnements à explorer, du désert aride d’une planète lointaine à la mécanique interne d’une station spatiale.

Des mécanismes variés pour une aventure complète

Le gameplay des Aventures de Buzz l’Éclair combine action et plateforme. Buzz est équipé de son pistolet laser fidèle et de sa capacité à sauter, glisser et même voler brièvement grâce à ses ailes rétractables. Au fur et à mesure de la progression dans le jeu, Buzz peut également collecter et utiliser divers power-ups qui lui confèrent des capacités spéciales.


Les Aventures de Buzz l’Éclair est un exemple parfait de la manière dont un jeu basé sur une licence de film peut dépasser ses origines et offrir une expérience de jeu complète et satisfaisante en soi. Bien que Buzz soit mieux connu pour ses aventures avec Woody et le reste de la bande de Toy Story, ce spin-off mérite d’être reconnu pour avoir capturé l’essence du personnage tout en offrant une aventure vidéo-ludique unique.

On se prend vite au jeu, manette en main !

Samurai Pizza Cats (1991 – NES)

Si vous êtes féru d’action / plates-formes, voici un jeu fait pour vous !

L’invasion féline sur console

Les chances que vous soyez passés à côté de ce trésor sont grandes, et pour cause : ce jeu n’est paru qu’au Japon sur Famicom. Sorti au début des années 90, le dessin animé Samurai Pizza Cats, ou Kyatto Ninden Teyandee en japonais, combinait habilement action, humour et… pizzas ! Son adaptation éponyme vidéoludique sur NES était une tentative audacieuse de capter l’attention des fans de cet anime.

La recette d’une aventure mémorable

Le jeu reprend les principaux éléments de l’anime, permettant aux joueurs de contrôler l’un des trois protagonistes : Speedy Cerviche, Polly Esther ou Guido Anchovy. Chaque chat possède ses propres compétences et armes, donnant ainsi une variété au gameplay. Le joueur se bat à travers plusieurs niveaux, affrontant des hordes d’ennemis avant de se mesurer à des boss de fin de niveau souvent hilarants.

L’objectif est de déjouer les plans du maléfique Big Cheese qui tente de prendre le contrôle de leur ville. Les scènes entre les niveaux reprennent l’humour caractéristique de l’anime, avec des dialogues souvent absurdes et des situations rocambolesques.

Un gameplay à la hauteur

Pour un jeu de plateforme de l’époque, Samurai Pizza Cats offrait un gameplay solide. Les contrôles étaient réactifs et chaque personnage avait une sensation distincte. De plus, la possibilité de changer de personnage entre les niveaux ajoutait une stratégie supplémentaire, les joueurs devant choisir le bon chat pour le bon défi.

Les niveaux étaient variés, allant des rues de la ville aux sommets des montagnes, en passant par des usines labyrinthiques. Les ennemis étaient tout aussi variés, reflétant le style décalé de l’anime.


En bref, sa combinaison d’action, d’humour et de personnages mémorables en fait une expérience unique dans la bibliothèque NES. Pour ceux qui sont à la recherche d’une aventure nostalgique pleine d’humour et de défis, ce jeu mérite certainement une place dans leur collection.

Gargoyles (1995 – Mega Drive)

Du Disney plus sombre

Inspiré de la série animée à succès – en particulier aux Etats-Unis – Gargoyles, diffusée au milieu des années 1990, ce jeu d’action et de plateforme a été acclamé pour son atmosphère sombre, son graphisme détaillé et son gameplay solide. Malheureusement, celui-ci n’est jamais paru en Europe.

Des toits de New York aux confins du monde médiéval

Dans Gargoyles, le joueur incarne Goliath, le leader de ces créatures mythiques qui se réveillent à la tombée de la nuit. Alors que le jour se lève, ces protecteurs nocturnes se transforment en statues de pierre, mais une fois la nuit venue, ils combattent les forces du mal pour protéger leur ville. Le jeu suit le scénario de la série, alternant entre des niveaux modernes et des flashbacks du Moyen Âge.

Gameplay et innovations

Le jeu se démarque par son utilisation d’effets spéciaux impressionnants pour l’époque, tels que la rotation et le zoom. De plus, Goliath peut utiliser ses ailes pour planer sur de courtes distances, ajoutant une dimension stratégique au gameplay. Les ennemis et les boss sont variés, obligeant les joueurs à adapter constamment leur stratégie.


Bien que Gargoyles ne soit pas aussi célèbre que d’autres titres de la Genesis (la Mega Drive aux USA), il est souvent considéré par les fans du rétrogaming comme l’une des meilleures adaptations de séries animées sur cette console. Avec son gameplay exigeant, sa bande-son atmosphérique et sa fidélité à la série originale, Gargoyles mérite sa place dans toute collection de jeux rétro.

Oui, c’est bien un jeu Disney. Si si !

Darkwing Duck (1992 – NES)

La recette Capcom est bien utilisée dans Darkwing Duck !

“Je suis la terreur qui corrige les erreurs !”

Basé sur la série animée populaire des années 1990 nommée Myster Mask dans nos contrées, Darkwing Duck suit les aventures du justicier masqué et de son acolyte, Flagada Jones, alors qu’ils cherchent à débarrasser la ville de  Bourg-les-canards de ses criminels notoires.

De la TV à la NES : une transition réussie

Développé par Capcom, qui avait déjà une solide expérience avec des adaptations de dessins animés (comme DuckTales), Darkwing Duck a apporté le charme et l’humour de la série à la console NES avec succès. Le jeu est un plateformer orienté action, rappelant les mécaniques du fameux Mega Man. Darkwing est équipé de son pistolet à gaz, capable de tirer divers types de munitions, et de son cape, qu’il utilise comme bouclier ou pour s’accrocher à certaines corniches.

Niveaux variés, ennemis emblématiques

Les niveaux du jeu sont inspirés des épisodes de la série, chacun culminant avec un affrontement contre un méchant emblématique comme le Bec d’acier ou le Liquidator. La musique, fidèle à l’ambiance de la série, et les graphismes détaillés ont contribué à l’immersion des joueurs dans l’univers de Darkwing.

Une pépite rétrogaming

Bien que Darkwing Duck n’ait pas été un immense succès commercial à sa sortie, il est aujourd’hui considéré par de nombreux fans et critiques comme l’un des meilleurs jeux NES, loué pour sa jouabilité, son design de niveau et son fidèle respect de la source originale. Pour les fans de rétrogaming et de dessins animés des années 90, c’est une expérience incontournable.


En conclusion, bien que ces jeux n’aient peut-être pas bénéficié du feu des projecteurs comme d’autres adaptations de dessins animés plus célèbres, ils offrent une perspective unique sur la manière dont les franchises animées ont été transformées en expériences vidéoludiques pendant l’âge d’or du rétrogaming. Ces titres sont un rappel précieux que la popularité ne définit pas toujours la qualité ou le charme d’un jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *