Jeux

Coup de vieux ! Ces jeux sont sortis en juillet 2004

En 2004, si vous étiez déjà gamer à l’époque, il y a de fortes chances que vous ayez passé le mois de juillet à jongler entre des combats épiques contre des démons, des aventures stratégiques avec des chevaliers intrépides, des péripéties en papier et des batailles interstellaires contre des vagues d’ennemis. Oui, si ce mois fut un peu plus calme en terme de sorties vidéoludiques, ce fut malgré tout un festin bien suffisant avec quelques titres désormais cultes. Faisons donc un bond de 20 ans en arrière et revisitons ces joyaux qui, déjà à l’époque, promettaient des heures de plaisir. Et aujourd’hui, ils nous donnent un sacré coup de vieux !


Onimusha 3 : Le samouraï et le justicier réunis (PlayStation 2 – 8 juillet 2004 en Europe)

Onimusha 3, c’est l’alliance improbable d’un samouraï du XVIe siècle et d’un flic français du XXIe siècle, tous deux embarqués dans une lutte acharnée contre les démons. Incarner Samanosuke Akechi et Jacques Blanc (interprété par le charismatique Jean Reno !) était un vrai plaisir. Le gameplay, mélangeant action et puzzles, ajoutait une profondeur stratégique à l’ensemble.

Le jeu se démarque par ses graphismes époustouflants pour l’époque et son ambiance prenante. Capcom a réussi à capturer la tension et le mysticisme du Japon féodal, tout en nous offrant un Paris moderne envahi par des forces surnaturelles. Les décors étaient riches en détails, et la bande-son immersive ajoutait une couche supplémentaire de profondeur à l’expérience.

Le saut temporel entre le Japon féodal et le Paris moderne apportait une dynamique innovante. Les joueurs devaient s’adapter à des styles de combat différents : les techniques de sabre de Samanosuke contre les armes à feu et gadgets modernes de Jacques. Le système de combat, mêlant armes traditionnelles et techniques modernes, restait un must-have pour tout amateur de hack’n’slash.

Onimusha 3 n’était pas seulement une histoire de coups de sabre et de pistolet. Les puzzles complexes et les énigmes entre les deux époques ajoutaient une dimension intellectuelle au jeu. Ce troisième opus a non seulement consolidé la série Onimusha comme une franchise incontournable de l’époque, mais il a également montré qu’un bon jeu d’action pouvait offrir bien plus qu’une simple succession de combats. En résumé, Onimusha 3 reste une pépite du rétrogaming, une expérience inoubliable pour ceux qui l’ont vécue en 2004.

Fire Emblem : La stratégie à portée de main (Game Boy Advance – 16 juillet 2004 en Europe)

Fire Emblem est un véritable bijou de stratégie au tour par tour. Avec une histoire complexe et des personnages attachants, ce jeu a su captiver des légions de fans. Lyn, Eliwood et Hector nous ont offert des heures de batailles épiques contre les forces du mal.

Ce titre, premier de la série à être localisé en Europe, a été un véritable tremplin pour la popularité de la franchise en dehors du Japon. Avant cela, la série Fire Emblem était une gemme cachée réservée aux joueurs japonais. L’arrivée de cet épisode aussi intitulé The Blazing Blade a ouvert les portes de ce monde riche et stratégique aux joueurs occidentaux, qui ont rapidement été séduits.

Les graphismes, malgré leur simplicité apparente, étaient charmants et remplis de détails. La musique immersive, composée par Yuka Tsujiyoko, ajoutait une profondeur émotionnelle aux batailles et aux moments clés de l’histoire. Les mécaniques de jeu solides, notamment le système de triangle des armes et les classes variées, faisaient de chaque combat une véritable œuvre d’art stratégique.

Et comment ne pas mentionner la permadeath ? Cette douce torture qui nous faisait chérir chaque unité comme notre propre famille. Chaque décision avait un poids immense, car perdre un personnage signifiait le perdre pour de bon. Cela ajoutait une dimension émotionnelle et stratégique unique, obligeant les joueurs à penser soigneusement à chaque mouvement.

Fire Emblem a non seulement introduit une nouvelle génération de joueurs à la magie du genre, mais il a également posé les bases de la popularité continue de la série en Occident. Un véritable classique qui continue d’influencer le genre des jeux de stratégie au tour par tour aujourd’hui.

Paper Mario : La Porte Millénaire : L’aventure en papier (GameCube – 22 juillet 2004 au Japon)

Alors que le jeu vient tout juste de ressortir sur Switch, Paper Mario: La Porte Millénaire nous a fait découvrir sur GameCube en 2004 un Mario tout en papier, plongé dans une quête pour sauver la Princesse Peach et découvrir les secrets des Étoiles de Cristal. Ce RPG plein d’humour et de charme a su combiner exploration, puzzles et combats au tour par tour avec brio.

Les graphismes colorés et ludiques, associant des environnements en 3D avec des personnages en 2D, créaient un monde vivant et riche en détails. Chaque zone du jeu, qu’il s’agisse de la ville de Port-Lacanaïe ou des profondeurs de la Mer des Étoiles, était conçue avec une attention minutieuse, rendant chaque étape de l’aventure visuellement captivante.

Les dialogues pleins d’esprit et les nombreuses références à l’univers Mario ont rendu cette aventure inoubliable. Les interactions avec les NPCs et les commentaires humoristiques offraient une expérience narrative aussi divertissante qu’engageante. De plus, chaque personnage apportait sa propre dose de personnalité et de charme, rendant chaque rencontre mémorable.

La diversité des compagnons et des capacités spéciales ajoutait une profondeur tactique agréable. Les joueurs pouvaient former une équipe avec des personnages uniques comme Goombella, Koops, et bien d’autres, chacun possédant des capacités spéciales utiles pour résoudre des puzzles et vaincre des ennemis. Cette diversité permettait de varier les stratégies en combat, tout en conservant une approche accessible pour tous les joueurs.

Paper Mario: La Porte Millénaire a beau être considéré comme un “simple” RPG, il s’agit en réalité d’une célébration de la richesse de l’univers de Mario avec une touche unique et créative. Son mélange de puzzles intelligents, de combats stratégiques et d’une narration charmante en fait un incontournable pour les fans de Mario et les amateurs de jeux de rôle.

Gradius V : L’arcade à domicile (PlayStation 2 – 22 juillet 2004 au Japon)

Gradius V marque le retour en force de la célèbre série de shoot ’em up, et quel retour ! Développé par l’un des maîtres du genre, Treasure, ce jeu nous a offert une dose d’adrénaline pure avec ses vagues incessantes d’ennemis et ses boss titanesques. Aux commandes du légendaire Vic Viper, les joueurs devaient faire preuve de réflexes d’acier et de stratégie pour survivre.

Les graphismes, impressionnants pour la PlayStation 2, élevaient le genre à un niveau supérieur. Chaque niveau était un spectacle visuel, rempli de détails et d’effets spéciaux qui rendaient chaque combat encore plus intense. La bande-son électrisante, composée par Hitoshi Sakimoto, ajoutait une dimension épique à chaque niveau, augmentant l’immersion et le plaisir du jeu.

Gradius V introduisait des mécaniques innovantes, telles que le Multiple Option, qui permettait une personnalisation plus poussée des armes et des capacités. Cette fonctionnalité offrait une variété de stratégies, permettant aux joueurs de choisir leur style de jeu préféré, qu’il s’agisse de maximiser la puissance de feu ou de renforcer leur défense. Les options multiples pouvaient être configurées pour suivre différentes formations, ajoutant une profondeur tactique jamais vue dans la série.

Ce jeu était un véritable hommage aux classiques de l’arcade, tout en apportant une touche de modernité bienvenue. Treasure a su capturer l’essence de ce qui rendait les jeux d’arcade si addictifs, tout en introduisant des éléments nouveaux pour séduire une nouvelle génération de joueurs. Gradius V reste un incontournable pour tout fan de shoot ’em up, un titre qui continue de défier et de ravir les joueurs avec son gameplay exigeant et gratifiant.


Juillet 2004 a été malgré tout un mois mémorable pour les gamers, avec des sorties certes peu nombreuses mais tout de même marquantes, enrichissant nos bibliothèques de jeux, notre été et enfin nos souvenirs de joueurs. Ces jeux ont assurément laissé une empreinte indélébile dans l’histoire du jeu vidéo. Alors, si vous avez l’occasion, dépoussiérez vos vieilles consoles et redonnez vie à ces chefs-d’œuvre qui, malgré les années, n’ont pas pris une ride… ou presque !

Et vous, quels souvenirs gardez-vous de ces jeux ? N’hésitez pas à partager vos anecdotes et à nous dire quels autres titres vous ont marqué en à ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *